"Pour combattre Daech ils étaient des héros, maintenant on les traite de terroristes" : la colère des Kurdes de France face à l'offensive turque

Gaële Joly

"Rojava ! Résistance ! Erdogan ! Fasciste !" Des regard noirs, des fronts soucieux et des slogans pour interpeller le président de la République mercredi 10 octobre à Paris, à quelques centaines de mètres de l'Élysée. Les Kurdes de France s'étaient réunis suite à l'annonce de l'offensive turque contre les Kurdes en Syrie, ils étaient une centaine sur les Champs-Élysées.

La jeune Dylan ne peut s'empêcher de ressentir de la haine face à ce qu'elle appelle "une trahison complète par l'Europe, les États-Unis aussi. Lorsqu'il fallait combattre Daech les Kurdes étaient les héros. Et aujourd'hui, on dit qu'ils sont des terroristes et on veut les éliminer ? C'est inacceptable".

"Si l'offensive prend de l'ampleur, garder les prisonniers ne sera plus une priorité"

Une offensive qui ne menace pas seulement son peuple, prévient Berivan Firat du conseil démocratique kurde, mais qui touche aussi à la stabilité de la France et de l'Europe. "Il y a 11 000 hommes de Daech détenus par les Kurdes et 450 Français, si cette invasion prend une ampleur plus importante, les Kurdes vont devoir tous aller au front pour se défendre. Donc la priorité ne sera plus de garder ces prisonniers."

Une menace prise au sérieux par le gouvernement français qui a fermement condamné l'offensive turque. Pour les Kurdes de France, il faut surtout arrêter (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi