Combats dans Jabaliya, frappes sur Rafah: à Gaza, «les gens fuient mais se retrouvent à la rue»

Israël poursuit ses bombardements à Gaza. D'intenses combats ont lieu à Jabaliya, au nord, et d'intenses frappes visent Rafah, au sud. Le bilan dépasse désormais les 35 000 morts, selon un décompte palestinien. La bande de Gaza assiégée est coupée du monde, ses deux seuls points de passage dédiés à l'aide humanitaire sont inopérants. Des centaines de milliers de Gazaouis sont une nouvelle fois déplacés de force.

Témoignage à Rafah recueilli par notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Trois cents mille Gazaouis ont suivi l'ordre d'évacuation de Rafah, affirme l'armée israélienne. Un flot continu de civils qui fuient sans véritablement savoir où aller. « Ils partent d'une ville sous les bombes, en cours de destruction, vers des villes voisines déjà complètement détruites », affirme Bahaa Abu Rokba, sauveteur secouriste au Croissant-Rouge palestinien sur place.

Les gens fuient mais se retrouvent à la rue. Ils n'ont pas de tentes. Rafah était le dernier endroit dans la bande de Gaza à disposer encore de maisons en relativement bon état, et d'écoles qui pouvaient accueillir les déplacés. À présent, les gens sont partis à al-Mawassi, à Khan Younès et à Deir al-Balah. Mais ce sont des zones abandonnées, parce qu'entièrement détruites. Je ne sais pas comment ils vont faire pour s'y installer.

À relireGuerre à Gaza: la Cité humanitaire des Émirats au secours des évacués


Lire la suite sur RFI