"Un combat de nouveau d'actualité": Macron appelle à redoubler de vigilance face à l'antisémitisme

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une vidéo publiée ce jeudi sur Twitter par l'Elysée, au soir du 77e anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz, Emmanuel Macron a appelé à redoubler de vigilance face à l'antisémitisme.

"Une lutte du quotidien", une "priorité européenne", une "action au plan national et international" et un "combat pour la dignité de chacun" que le retour "des vents mauvais" appelle à intensifier. Ce jeudi, au soir des commémorations du 77e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi d'Auschwitz, Emmanuel Macron a appelé dans une vidéo postée sur Twitter - à "continuer à faire vivre sans relâche" la mémoire des victimes de la Shoah et à "continuer à agir très concrètement" contre l'antisémitisme.

Cette intervention succède à la publication, la veille dans Le Parisien, d'une enquête accablante de l'IFOP sur l'antisémitisme en France.

Un effort collectif

Au moment de dénoncer les actes et les sentiments hostiles à la population juive, le président de la République a tenu à insister sur la nécessité d'un effort collectif. "Le combat qui est le vôtre et le nôtre est un combat essentiel", a-t-il dit. Il a prolongé: "À la civilisation européenne, à l’Union européenne comme construction politique et à la France comme Nation et comme République, c’est un combat pour ne pas répéter les atrocités du passé, c’est un combat pour la dignité de chacune et de chacun".

"Des discours politiques s'installent"

Au lendemain de son discours sur le massacre de la rue d'Isly en 1962, le chef de l'Etat avait à coeur de souligner que cette nouvelle prise de parole n'était pas que l'épisode supplémentaire d'une séquence mémorielle. Dans une référence transparente à l'ascension politique de l'extrême droite et à Eric Zemmour, candidat à la présidentielle et auteur de propos bienveillants autour de l'attitude du maréchal Pétain à l'égard des juifs de France, il a ainsi ajouté:

"Ce combat est malheureusement redevenu d’actualité car les vents mauvais resoufflent car des discours politiques s’installent, des falsifications de l’histoire sont là à nouveau."

Une enquête accablante

"Des actes sont à nouveau là pour nous rappeler que nous n’avons pas fini ce combat", a-t-il aussi déclaré. Comme un écho, cette fois, à l'étude publiée par l'IFOP dans Le Parisien mercredi et réalisée pour l’American Jewish Committee et la Fondation pour l’Innovation politique.

On pouvait notamment y lire que 85% des Français juifs, et 64% de la population totale jugeaient que l'antisémitisme était encore un sentiment répandu en France. 68% des juifs ont par ailleurs affirmé au sondeur avoir subi moqueries et vexations en raison de leur religion, 20% assurant même avoir été victimes d’agressions physiques.

Le bilan de l'exécutif face à l'antisémitisme

S'il a réaffirmé l'importance de "la parole contre l'oubli", Emmanuel Macron a aussi voulu dresser son bilan pratique en la matière:

"La présidence française du Conseil de l’Union européenne a fait de la lutte contre toutes les discriminations l’une de ses priorités, et réaffirmera la spécificité, l’unicité de l’antisémitisme", a-t-il déclaré. "La Commission européenne a présenté en octobre dernier sa stratégie pour la lutte contre l’antisémitisme et la promotion de la vie juive, la création d’un réseau de signaleurs de confiance afin de supprimer les discours haineux en ligne, un financement pour protéger les espaces publics et les lieux de culte, soutien à l’éducation et à la recherche et à la mémoire de la Shoah."

Esquissant l'adoption "d'outils législatifs", il a poursuivi: "La législation sur les services numériques sera un outil central de la lutte contre tous les propos haineux et antisémites sur les réseaux sociaux."

Emmanuel Macron a enfin évoqué son action pour lutter contre l'antisémitisme sur notre sol: "Je pense aux actions engagées, en particulier à l’accompagnement de nombreux projets éducatifs, à l’augmentation du budget des institutions mémorielles, au soutien aux projets des partenaires associatifs, culturels, mémoriels, engagés dans la lutte contre la haine." "En outre, nous avons agi pour dissoudre les groupes faisant l’apologie de l’intolérance et de la discrimination", a-t-il encore mis en exergue.

Jean Castex à Auschwitz ce jeudi

Signe de l'importance de ce thème pour le gouvernement, le Premier ministre Jean Castex s'est quant à lui rendu à Auschwitz ce même jeudi. "La République française, dans un combat permanent et absolument déterminé contre l’antisémitisme, reste plus que jamais vigilante !" s'y est-il notamment exclamé.

Toutefois, il ne s'agit pas seulement d'une bataille menée par l'exécutif. En effet, Valérie Pécresse, candidate désignée par la droite à la présidentielle, a quant à elle fait le déplacement jusqu'au Mémorial de la Shoah à Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Le souvenir de l'Holocauste et le "cancer" de l'antisémitisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles