Le combat d'une Française, déclarée morte depuis 5 ans

·2 min de lecture
Jeanne Pouchain espère venir à bout d'un calvaire né en 2016.

Jeanne Pouchain a été déclarée morte, sans preuve, dans le cadre d'un ancien litige aux prud'hommes. Le Guardian raconte son incroyable histoire.

Ce fut d'abord un refus de renouvellement de passeport. Puis le rejet de sa carte vitale, chez son médecin comme à la pharmacie. C'est quand son compte en banque professionnel s'est subitement retrouvé dans le rouge malgré un flot continu de chèques que Jeanne Pouchain a compris que quelque chose clochait. Le Guardian nous raconte l'histoire de cette Française qui, depuis cinq ans, fait face à un combat aussi difficile qu'absurde. En 2016, le directeur de l'agence bancaire qu'elle fréquente depuis plus de 25 ans lui annonce en effet : « Je suis navré, mais vous n'existez pas. Je n'ai pas d'explication, mais je ne peux rien faire ».

Quelques mois plus tard, le 12 novembre 2017, deux huissiers apportent une lettre à son mari, lui notifiant sa mort. Dans un arrêt rendu deux jours plus tôt, la chambre sociale de la cour d'appel de Lyon a tenu pour acquis, à tort, que cette femme mise en cause dans un vieux litige prud'homal était morte. « J'ai cru que j'allais m'évanouir, explique Jeanne au Guardian. Mais j'ai pensé pouvoir régler ça rapidement. Je suis allée chez le médecin qui m'a donné un certificat confirmant que je suis en vie. Mais en expliquant le problème à l'administration, on nous a dit que personne ne pouvait être déclaré mort sans l'être et que cela dépassait les compétences du bureau ».

Un litige aux prud'hommes à l'origine de l'affaire

Elle vit depuis un véritable cauchemar. Ses médicaments contre le diabète et la thyroïde ne lui sont plus remboursé [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles