Comédien agressé à Paris en 2018: le caractère homophobe de l'attaque "au coeur des débats"

·3 min de lecture
Victime d'une agression homophobe, Arnaud Gagnoud avait écopé de sept points de suture et de plusieurs jours d'ITT.  - Capure @ArnaudGagnoud
Victime d'une agression homophobe, Arnaud Gagnoud avait écopé de sept points de suture et de plusieurs jours d'ITT. - Capure @ArnaudGagnoud

Deux ans et demi après l'agression homophobe dont il a été victime, Arnaud Gagnoud s'apprête à entendre les explications du jeune homme mis en cause par la justice. Jeudi matin, un individu accusé de l'avoir frappé à coups de casque de scooter en 2018 comparaîtra devant le tribunal pour mineurs de Paris pour "violences volontaires", avec la circonstance aggravante que les faits auraient été motivés par l'orientation sexuelle de la victime.

Début septembre 2018, Arnaud Gagnoud assiste avec son compagnon à une pièce de théâtre dans le 20è arrondissement de Paris. A la sortie, le couple discute, s’enlace. A une vingtaine de mètres d'eux, trois jeunes les apostrophent violemment:

"Vous êtes PD ou quoi? C'est dégueulasse", lancent-ils, les exhortant à quitter "leur quartier".

Ecchymose et points de suture

Rapidement, la situation dégénère: un quatrième individu se joint au groupe et appelle des renforts. Une cinquième, puis une sixième personne se mêlent à la cohue et encerclent le couple. Jusqu’au moment où le conducteur d’un scooter s’empare de son casque et s'en sert comme d’une arme pour frapper Arnaud Gagnoud à la tête.

Bilan: une ecchymose, sept points de suture et plusieurs jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Le compagnon d’Arnaud Gagnoud, évacué par une amie, n’est quant à lui pas blessé.

"Le souvenir de cette agression reste très présent mais on essaye d'aller de l'avant", commente auprès de BFMTV.com Arnaud Gagnoud, tout en se disant "déçu" que seul l'un de ses six agresseurs soit aujourd'hui traduit en justice.

"Phénomène de groupe"

"Les cinq autres n'ont pas été arrêtés alors qu'on les a identifiés, qu'ils ont initié l'agression en me donnant des coups de poing, des coups de pied et en nous insultant", tance-t-il.

"C'est regrettable qu'ils n'aient pas été recherchés car il y a eu un phénomène de groupe qui a favorisé le passage à l'acte", abonde son avocate, Me Agathe Morel.

Malgré ces écueils, le comédien se dit soulagé de pouvoir "enfin mettre bientôt cette affaire derrière moi", même s'il "n'attend pas grand chose" du prévenu. Lors de la confrontation qu'ils ont eue au commissariat peu après l'agression, l'adolescent "a vaguement présenté des regrets mais c'était un peu forcé", estime Arnaud Gagnoud.

L'homophobie "au coeur des débats"

"Il a d'abord nié puis a finalement reconnu les faits mais est toujours resté ambigü sur le caractère homophobe de l'attaque. Ce sera au coeur des débats", nous indique Me Agathe Morel.

S'il est désormais majeur, le prévenu, mineur au moment des faits, sera jugé comme tel. En principe, dans de telles conditions, la peine de prison ne peut pas excéder la moitié du maximum prévu pour un majeur coupable des mêmes faits. Mais, "à titre exceptionnel, le tribunal peut condamner le mineur à plus de la moitié voire à la totalité de la peine de prison pour un adulte en fonction de sa personnalité et des circonstances de l'infraction". En l'espèce, le mis en cause risque donc entre deux ans et demi et cinq ans d'emprisonnement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles