Une comète géante traverse le Scorpion en ce moment

Quand cette comète a été découverte en 2017 via le programme PanStarrs à Hawaï, elle était à quelque 2,4 milliards de kilomètres de nous, entre Saturne et Uranus, soit à 16 fois la distance qui sépare la Terre du Soleil (16 unités astronomiques) et pourtant, elle brillait déjà. Qu’elle se montre aussi active à une si grande distance de l’astre qui la réchauffe, le Soleil, a surpris les astronomes qui lui ont par la suite décerné la palme de la comète active la plus éloignée jamais observée.

Cinq ans ont passé et maintenant C/2017 K2 (PanStarrs), tel est son nom, est dans le Système solaire interne. Le 14 juillet dernier, elle est passée dans notre voisinage, à quelque 270 millions de kilomètres de la Terre. Ce qui est plus que Mars (actuellement à 163 millions de kilomètres). D'après les dernières observations d'Hubble, la comète doit avoir un noyau long d'environ 18 kilomètres, ce qui en fait l'une des plus grandes jamais observée — pas autant que l'incroyable et gigantesque Bernadelli-Bernstein qui arbore un noyau de quelque 100 kilomètres de diamètre ! K2 est un très gros morceau de glace et de poussière qui ridiculise la plupart de ses congénères que nous voyons passer, bien plus modestes.

C/2017 K2 (PanStarrs) près d'une pince du Scorpion et de la limite avec la constellation de la Balance. © SkySafari
C/2017 K2 (PanStarrs) près d'une pince du Scorpion et de la limite avec la constellation de la Balance. © SkySafari

Où est visible la comète de l'été ?

C/2017 K2 (PanStarrs) atteindra le point de son orbite très elliptique le plus proche du Soleil, le périhélie, le 19 décembre, passant alors à 269 millions de kilomètres de celui-ci — ce qui est au-delà de l'orbite de Mars, et réduit les chances que la comète devienne très brillante. Néanmoins beaucoup d’astronomes amateurs et aussi d’heureux curieux qui possèdent une lunette ou un télescope — ou connaissent quelqu’un qui en a un —, tentent de l’observer tout cet été et de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura