Un colorant au feu orange E171

Libération.fr

L’Agence de sécurité, méfiante envers cet additif suspecté d’être cancérigène, attend de nouvelles études pour trancher. L’ONG Agir pour l’environnement demande son interdiction.

L’additif E171, destiné à l’alimentation, présente-il un danger pour la santé des consommateurs ? Petits et grands s’intoxiquent-ils avec les innombrables produits (bonbons, chewing-gums, pâtisseries, plats cuisinés, dentifrices, médicaments…) contenant ce colorant blanc constitué de particules de dioxyde de titane (TiO2), en partie sous la forme nanométrique (10 000 fois plus petite qu’un grain de sel) ?

Pour en avoir le cœur net, il faut (enfin) conduire les études nécessaires, répond en substance l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans un avis daté du 4 avril et publié mercredi. Elle a été saisie en janvier par les ministères de l’Economie, de la Santé et de l’Agriculture, après la publication d’une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) concluant que l’exposition chronique de rats au E171 par voie orale favorisait la croissance de lésions colorectales précancéreuses. Ce travail ne permettait toutefois pas d’être fixé concernant l’homme.

L’Anses devait donc déterminer si les travaux de l’Inra étaient de nature à remettre en cause les conclusions optimistes de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), laquelle a jugé en septembre que les expositions actuelles des consommateurs au E171 ne présentaient pas de risque.

Cerveau. Résultat ? Rien n’est tranché. Dans ses conclusions, l’Anses indique que les résultats de l’Inra «ne permettent pas à ce jour de remettre en cause» l’évaluation de l’Efsa. Mais elle souligne qu’ils mettent «en évidence des effets qui n’avaient pas été identifiés, notamment les potentiels effets promoteurs de la cancérogenèse du E171» : Par conséquent, l’agence «souligne la nécessité de conduire […] les études nécessaires à la parfaite caractérisation des effets sanitaires potentiels liés à l’ingestion de l’additif (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Face aux plans sociaux, l’indifférence grandissante des candidats
Malgré l'affaire United Airlines, le surbooking a encore de beaux jours devant lui
Pologne : «On est désolé pour les salariés d’Amiens, mais que faire ?»
La Bourse de Paris ferme en petite forme avant la pause pascale
Guyane: le conflit social se prépare à une nouvelle phase

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages