Colonialisme : pourquoi l'Allemagne reconnaît un génocide en Namibie

·1 min de lecture

Le geste était attendu depuis des dizaines d'années par le pays africain. Vendredi, pour la première fois, l'Allemagne a reconnu avoir commis "un génocide" contre les populations des Hereros et Namas en Namibie, entre 1904 et 1908, pendant l'ère coloniale. Privés de leurs terres et de leur bétail, les Hereros s'étaient révoltés en 1904 contre les colons allemands. Envoyé pour mater la rébellion, le général allemand Lothar von Trotha avait ordonné leur extermination. Les Namas s'étaient soulevés un an plus tard et avaient subi le même sort. Au total, au moins 60.000 Hereros et environ 10.000 Namas ont perdu la vie entre 1904 et 1908. 

>>Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici 

Femmes et enfants abattus systématiquement

Cette décision de l'Allemagne est l'aboutissement de six années de négociations entre le gouvernement allemand et les représentants de ces peuples namibiens persécutés par les autorités du Reich de Guillaume II. Les textes de l'époque le prouvent : il y avait bien une volonté politique d'exterminer les Hereros et Namas, avec des ordres écrits pour abattre systématiquement les femmes et les enfants. Les autres étaient enfermés dans des camps dans le désert, dont les nazis reprendront ensuite le modèle à plus grande échelle. 

113 ans après, l'Allemagne reconnaît donc sa responsabilité politique et morale, et s'engage à payer des réparations avec un fond de développement, un peu plus d'un milliard d'euros versé sur 30 ans. Un "pas dans la bonne dir...


Lire la suite sur Europe1