Colombie: reprise des négociations avec la guérilla de l'ELN au Venezuela

© AP/Ivan Valencia

Ce lundi 21 novembre, les négociations reprennent à Caracas avec la guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN). Les pourparlers avaient été suspendus il y a quatre ans, après un attentat sanglant à Bogotá revendiqué par cette guérilla d’obédience castriste.

Avec notre correspondante à Bogotá, Marie-Eve Detoeuf

Le président colombien Gustavo Petro, guérillero dans sa jeunesse, entend mener à bon terme les négociations avec l’ELN. Cette guérilla est dans le maquis depuis bientôt 60 ans et compte 2 500 combattants, selon les autorités. Petro a nommé comme chef négociateur Otty Patino, un ancien compagnon d’armes, aujourd’hui écrivain.

Et Petro a créé la surprise en proposant au président de la Fédération des éleveurs de faire partie de l’équipe des négociateurs. Une proposition que Jose Felix Lafaurie a acceptée, lui qui incarne la droite la plus radicale du pays. Deux anciens militaires font également partie de l’équipe gouvernementale. Du côté de l'ELN, Pablo Beltran, 68 ans, va diriger les négociations. La délégation de l’ELN compte au total dix-sept guérilleros. La majorité sont des hommes, beaucoup ont des cheveux blancs. Sur le terrain, l’ELN respecte un cessez-le-feu depuis plusieurs semaines, l'optimisme est donc au rendez-vous. Mais personne ne doute que les pourparlers de paix seront longs et difficiles.

« La paix en Colombie est une préoccupation régionale »

À lire aussi : Colombie: la réforme de la fiscalité approuvée par le Congrès, «un chemin vers la justice» pour Gustavo Petro


Lire la suite sur RFI