Colombie: la réforme de la fiscalité approuvée par le Congrès, «un chemin vers la justice» pour Gustavo Petro

AP - Ivan Valencia

Le Congrès colombien a approuvé jeudi une réforme fiscale visant à taxer les plus riches ainsi que le secteur pétrolier. C'était l'une des principales promesses de campagne du nouveau président de gauche Gustavo Petro.

Le projet de loi a été approuvé successivement par les deux Chambres mercredi et jeudi, a annoncé le porte-parole du gouvernement Alfonso Prada. « Le gouvernement du changement offre au pays une réforme progressive et équitable qui nous mènera sur la voie de la paix totale et de l'équité », a-t-il écrit sur Twitter. Un gouvernement qui a fêté le 15 novembre ses cent premiers jours de pouvoir.

La loi, qui vise à réduire les écarts de revenus en Colombie, l'un des pays les plus inégalitaires au monde, prévoit 20.000 milliards de pesos (4 milliards de dollars) de recettes supplémentaires pour 2023 (soit 1,7% du PIB), qui seront consacrées à des investissements sociaux, et jusqu'à 23.000 milliards en 2026.

Le Parlement a montré qu'il était « au service de ceux qui en ont le plus besoin », s'est félicité dans la foulée Gustavo Petro, premier président de gauche de l'histoire de la Colombie, investi le 7 août dernier. Quelque 12 % de la population est en état de pauvreté extrême, rappelait sur RFI, Angelica Montes Montoya, docteure en philosophie, spécialiste de l'Amérique latine. Les 10 % les plus riches du pays détiennent 70 % de la richesse nationale.

La Colombie est l'un des pays d'Amérique latine où la part de la collecte de l'impôt dans le PIB est la plus faible : 13% contre 16 % en moyenne.

La nouvelle loi est maintenant à la signature sur le bureau du président.


Lire la suite sur RFI