Colombie: le président Gustavo Petro s'excuse pour des massacres commis dans les années 1990

© REUTERS - VANNESSA JIMENEZ

Le président colombien Gustavo Petro a présenté, mercredi 30 novembre, ses excuses aux victimes de deux massacres perpétrés par des paramilitaires à la fin des années 1990, a-t-on appris de source officielle.

« En tant que représentant de l'État colombien aujourd'hui, je dois présenter mes excuses à toutes les familles des victimes et aux victimes qui ne peuvent plus nous accompagner, parce qu'elles ont été assassinées par l'État lui-même, un État meurtrier », a déclaré M. Petro lors d'un événement public dans la ville de Medellin, dans le nord-ouest du pays. À une centaine de kilomètres de là, dans la municipalité d'Ituango, des paramilitaires d'extrême droite avaient massacré en 1996 et 1997 des civils sans défense dans les villages d'El Aro et de La Granja.

Dix-neuf tués

Au début de son discours, le président a lu les noms des dix-neuf personnes tuées lors de ces attaques, pour lesquels la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) avait jugé - en 2006 - l'État colombien responsable. Les deux massacres s'étaient déroulés sur plusieurs jours avec « l'assentiment et la collaboration de membres des forces de sécurité », selon la Cour. Dans la localité d'El Aro, les paramilitaires avaient accusé les villageois de collaborer avec la guérilla d'extrême-gauche, et torturé plusieurs personnes en public. Ils avaient également brûlé la plupart des maisons et forcé plusieurs survivants à transporter du bétail volé, selon l'arrêt de la Cour.

« Je veux vous remercier, monsieur le président. Parce qu'après 25 ans, il n'y avait pas eu jusqu'à présent de président ayant prêté attention aux victimes », a déclaré, lors de la cérémonie de ce mercredi, Maria Oliva Calle, veuve d'Omar de Jesús Ortiz, tué à El Aro.


Lire la suite sur RFI