Colombie : l'appel à l'aide des peuples indigènes face à la violence endémique dans le sud-ouest

Dans le sud-ouest de la Colombie, les montagnes du département du Cauca cachent 16 000 hectares sont consacrés à la culture de la coca.

Le trafic de drogue est intense et des groupes armés sont chargés de protéger les plantations.

Les gouvernements se succèdent sans parvenir à juguler la violence.

Plusieurs membre du peuple Nasa opposé aux trafics ont récemment été assassinés.

Parmi les victimes, Bréiner, un adolescent de 14 ans.

Deux des frères de Fabian ont ainsi été abattus par un des groupes armés dissident des Farc , les Forces armées révolutionnaires de Colombie aujourd'hui dissoutes.

Fabian Camay Gueitio, victime des groupes armés colombien : "Ces groupes armés sont pour l'essentiel composés de mineurs, chacun peut le voir. Ils n'ont pas de ligne directrice politique. Pas ligne directrice révolutionnaire. Ils se concentrent uniquement sur la question économique. Et avant tout, ils se concentrent sur la défense des cultures illégales et de tout ce qu'elles rapportent."

Oveimar originaire de la région, c'est un garde forestier.

Selon lui, l'accord de paix signé en 2016 par les Farc et le gouvernement a eu pour conséquence l'atomisation des groupes armés qui luttent pour le contrôle des cultures de coca.

Quelques jours après cette conversation, Oveimar a été visé par une tentative d'assassinat à l'arme à feu.

Sur le bord des routes, les graffitis des graffitis révèlent l'ampleur des tensions entre les paramilitaires.

Depuis 2018, 89 chefs indigènes ont été assassinés en Colombie.

Le département du Cauca est le plus touché et de nombreux habitants ont choisi l'exil.

Joana Dagusnas, coordinatrice du Village de Corinto : "C'est pour ça que je ne vis pas dans ma communauté, j'ai été obligée de partir. Les persécutions sont là-bas permanentes. Le fait que nous portions ce gilet, cette canne, nous place en première ligne et pour eux, nous sommes un obstacle, nous ne les laissons pas travailler et faire ce qu'ils veulent. "

Le taux de mortalité du département du Cauca est le plus élevé du pays.

"Plus de 900 leaders sociaux et communautaires ont été assassinés en Colombie depuisl'accord signé en 2016 par les Farc. Dans le Cauca, les indigènes du peuple Nasa estiment que la violence a pour origine la mauvaise mise en œuvre du pacte de 2016. Ils réclament une plus forte présence de l'État, davantage d'écoles et de projets pour la communauté. Depuis le nord du Cauca, Héctor Estepa, pour Euronews

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles