Colombie: les défis qui attendent le nouveau président Gustavo Petro investi ce dimanche

En Colombie, un ancien guérillero devient président. Élu le 19 juin, d'une courte majorité, Gustavo Petro prend ce dimanche ses fonctions de chef de l'Etat à Bogota. Depuis son indépendance, il y a 200 ans, la Colombie est gouvernée à droite. Les inégalités sociales y sont grandes, les mafias et les groupes armés puissants, autant dire que la tâche du nouveau président s'annonce difficile.

Gustavo Petro a fait de la paix totale la priorité de son gouvernement. La paix totale cela veut dire démobiliser les groupes armés du pays et mettre fin à la violence. Après les accords historiques de septembre 2016, les FARC, les Forces armées révolutionnaires de Colombie, ont abandonné la lutte armée. Mais restent encore plusieurs guérillas comme celle de l'ELN, à qui Gustavo Petro a proposé de négocier la paix, et des groupes de combattants qui n'ont pas accepté de rendre les armes. Sans compter les groupes paramilitaires et narcotrafiquants comme le fameux Clan del golfo. L'enjeu est essentiel pour les régions pauvres et rurales du pays, rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf.

(et avec agences)


Lire la suite sur RFI