Colombie: les conservateurs inquiets par la possible victoire de la gauche

Pour la première fois en Colombie, un candidat de gauche fait la course en tête dans les sondages. Dans un pays très polarisé, où la droite a régné en maître pendant des décennies, la candidature de Gustavo Petro suscite le rejet violent des milieux conservateurs qui lui préfèrent l'ancien maire de Medellin, Federico Gutierrez. Reportage à Cali, dans le sud-ouest du pays.

El Peñon, un quartier cossu de Cali. Dans un petit parc propret, une retraitée s’est posée sur un banc à l’ombre d’un palmier. Sa mine est grave, racontent nos envoyés spéciaux à Cali, Stefanie Schüler et Damien Fellous. Les élections, c’est dans quelques jours. Et un ancien guérillero fait la course en tête.

« Ici les gens ont peur qu’on prenne le chemin du Venezuela et de Cuba »

« Nous ne savons pas ce qui va se passer, dit-elle. C’est très angoissant pour tout le monde. Nous ne voulons pas que la gauche gagne. Ici les gens ont peur qu’on prenne le chemin du Venezuela et de Cuba. Mais il y a aussi beaucoup d’électeurs qui vont voter pour lui. Comment les gens peuvent-ils se faire tant d’illusions ? ».

Ce dimanche, les Colombiens sont appelés aux urnes pour élire un nouveau président. Gustavo Petro promet de mettre fin aux inégalités sociales, à la violence endémique et à la corruption. Son programme très progressiste séduit bon nombre d’électeurs avides de changement.

Selon les derniers sondages, la coalition de droite « Équipe pour la Colombie » de Federico Gutierrez n’est créditée que de 25% des voix au premier tour, contre 40% pour Gustavo Petro.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles