Publicité

En Colombie, le cessez-le-feu entre le gouvernement et l'ELN prolongé de six mois

Le sixième cycle de pourparlers entre le gouvernement colombien et l'ELN s'est conclu, mardi à La Havane, par la signature d'un accord de prolongation pour six mois du cessez-le-feu. Dans ce cadre, le groupe rebelle d'extrême gauche s'est engagé à abandonner sa pratique d'enlèvements avec extorsion.

Le gouvernement de Colombie et l'Armée de libération nationale (ELN) ont signé officiellement, mardi 6 février, à La Havane, un accord de prolongation pour six mois d'un cessez-le-feu, avec l'engagement de la part de la guérilla de mettre fin à sa pratique des enlèvements.

"Qui a dit que la paix était facile ? Mais qui pourra nier que chaque nouvelle avancée vaut la peine (...) Nous avons aujourd'hui une prolongation consolidée du cessez-le-feu de 180 jours", a déclaré la cheffe de la délégation gouvernementale, Vera Grabe, après avoir officiellement signé l'accord avec le représentant de l'ELN, Pablo Beltran.

L'annonce que les deux parties étaient tombées d'accord avait été faite dans la nuit de lundi à mardi, peu avant l'entrée en vigueur de la prolongation du cessez-le-feu. "Nous nous sommes mis d'accord pour prolonger à partir de 0 h le 6 février 2024 pour cent quatre-vingts (180) jours le cessez-le-feu bilatéral, national et temporaire" indiquait un document diffusé sur X (ex-Twitter) par les deux parties.

L'enlèvement par le groupe rebelle fin octobre du père du footballeur colombien Luis Diaz, relâché 12 jours plus tard, avait mis en péril le processus de paix entamé fin 2022.

"Historique"

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Colombie : le gouvernement et l'ELN vont suspendre les combats à partir de jeudi