Colombie: au moins 29 enfants tués par des bombardements de l'armée sous Ivan Duque

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vingt-neuf enfants et adolescents sont morts sous les bombes de l’armée colombienne en quatre ans. Le chiffre a été confirmé dimanche par un rapport officiel. Il assombrit encore le bilan du président Ivan Duque en matière de sécurité. Son successeur, Gustavo Petro, qui prendra ses fonctions le 7 août, a fait de la « paix totale » la priorité de son gouvernement.

Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Ève Detoeuf

En 2019, la mort de huit adolescents contraignait le ministre de la Défense de l’époque à la démission. Mais elle n’a pas mis fin à la pratique des bombardements aériens. Le chiffre de 29 enfants tués est très probablement sous-estimé.

Le gouvernement d’Ivan Duque maintient sa position. Les campements de groupes armés sont des objectifs militaires légitimes et les groupes armés qui recrutent des mineurs sont les seuls coupables du drame. Les défenseurs des droits humains, eux, considèrent que l'État est responsable à double titre. Premièrement, parce qu’il n’a pas su protéger les enfants et les adolescents victimes de recrutement forcé. Deuxièmement, parce que l’armée bombarde les camps des groupes armes, en sachant qu’il y a peut-être des mineurs.

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - Colombie : un drone filme l'effondrement d'une tribune pendant une corrida

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles