Collectif Inter-Urgences : "Ce n’est pas avec des chèques vacances que l’on aura les moyens de sauver des vies"

Ce mardi 2 juin, l’Assemblée nationale s'est prononcée en faveur du don de congés de la part des salariés de France aux soignants. Un vote du Sénat est encore attendu le 16 juin. D’après le texte, le don serait matérialisé par des chèques vacances. D’une pierre deux coups, pour la ministre du Travail Muriel Pénicaud, "cet acte de générosité permettra dans le même temps de contribuer à la relance du secteur du tourisme très fortement affecté" par l'épidémie. Après la distribution des médailles de l’engagement, la majorité LREM ne s’arrête donc plus de faire des propositions pour "gratifier" les soignants de leur dévouement…

Selon son rapporteur, le député LREM du Calvados Christophe Blanchet, la mesure permettrait à la "solidarité des Français de s'exprimer", après la crise sanitaire. Si elle enthousiasme les députés de la majorité, la proposition de loi est loin de faire l’unanimité parmi les blouses blanches. Pour Camille Serroux, infirmier au CHRU de Nancy et membre du collectif Inter-Urgences, il s’agit d’une annonce "hors sol qui tente une récupération démagogique de l’élan solidaire qui s’est créé lors de la crise sanitaire". Entretien.

Marianne : Après des semaines de labeur et alors que la contestation pour une meilleur reconnaissance des soignants reprend de plus belle, cette mesure est-elle bienvenue ?

Camille Seroux :

Lire la suite