Le collectif « Dernière Rénovation » asperge de peinture le ministère de l’écologie

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ENVIRONNEMENT - Jamais deux sans trois. Le collectif « Dernière rénovation » est passé à la vitesse supérieure : trois actions en trois jours. Après Matignon et le ministère de l’Économie, les militants écologistes ont aspergé de peinture orange la façade de l’hôtel de Roquelaure, qui abrite le ministère de la Transition écologique ce vendredi 6 janvier.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article, les militants écologistes de « Dernière Rénovation » ont fait des actions de dégradation ou de blocage leur spécialité. Ces trois derniers jours, c’est avec de la peinture orange nichée dans des extincteurs qu’ils ont de nouveau interpellé le gouvernement sur l’urgence climatique. Sur leurs images, diffusées sur leurs réseaux sociaux, les trois militants s’en sont pris à la façade du ministère. Une action déjà menée à l’hôtel Matignon mercredi 4 janvier et à Bercy le lendemain.

Un des militants portait un tee-shirt blanc avec l’inscription « Qui est coupable ? », entre l’État condamné par la justice française pour son inaction climatique ou les militants à l’origine de ces actions qui seront jugés le 9, 10 et 16 janvier.

« Le gouvernement est clairement hors-la-loi, fustige-t-il. Derrière ces murs se cachent ceux qui décident pour nous, ceux qui nous condamnent. Notre peinture se nettoie. Ils garderont le sang sur leurs mains », a-t-il déclaré. Les actions de désobéissance civile se multiplient ces dernières semaines.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi