Collecte pour sauver l'atelier d'Anne Hoguet, unique musée de l'éventail à Paris

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

A la fois musée et atelier de fabrication d'éventail au charme désuet, cette entreprise du patrimoine vivant compte parmi ses derniers clients des maisons de couture mais aussi des productions de films comme "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola. Cet atelier pourrait bien disparaître alors que l'année dernière l'artisanat de l'éventail a été inscrit au Patrimoine culturel Immatériel.

La propriétaire des lieux, l'éventailliste et maître d'art Anne Hoguet, 75 ans, quatrième génération du nom et sans héritier, brisée par la perspective de la dispersion de la collection familiale dont le niveau muséal a été reconnu par plusieurs classements.

"Nous avons contacté trois maisons de couture pour leur proposer de devenir mécènes"

"C'est un crève-coeur... Au fil du temps, le musée a accumulé des dettes. D'ici fin mars, je dois payer 117.000 euros au bailleur. Le Covid a été la double peine : je n'ai ni client, ni visiteur", a confié à l'AFP Anne Hoguet. "J'ai reçu une seule fois l'aide de 1.500 euros pour les indépendants et mon bailleur m'a accordé des exonérations mais la dette principale est toujours là...", se désole-t-elle. Ce week-end, une cagnotte lancée sur Leetchi pour aider le musée frôlait les 43.000 euros, le tiers de la dette.

"C'est mon arrière grand-père qui a créé l'entreprise en 1879. Mon père a racheté en 1960 le dernier atelier parisien d'éventails. J'ai hérité de ce patrimoine familial auquel j'ai consacré ma vie. Tout en continuant la production, j'ai ouvert le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi