« Collapsus », le nouveau polar de Thomas Bronnec qui fait froid dans le dos

© DR

Une dictature écologique, c'est exactement ce que Thomas Bronnec  a imaginé avec Collapsus. Un imposteur est arrivé par miracle à la présidence, poussé par une vague populiste. Pierre Savidan veut aller vite, la maison brûle comme disait feu Jacques Chirac. Pour atteindre ce but vertueux, il doit serrer les boulons au maximum, bousculer les habitudes d'une population qui comprend volontiers les enjeux mais ne goûte pas forcément la cadence à marche forcée que veut imposer cette nouvelle présidence. Qui dit révolution dit mesures de rétorsion. Camps de rééducation à la bonne vieille façon soviétique. On ne s'embarrasse plus de certaines idées, comme les droits de l'homme, les libertés individuelles ou encore le respect de la vie privée. Toutes et tous ne doivent tendre que vers un seul objectif : sauver la planète, quitte à ne plus mettre d'enfants au monde. Le président écolo est accompagné dans cette entreprise mortifère par une vraie virago, Fanny Roussel.

On pense à Donald Trump et à tous ceux qui aujourd'hui en politique jouent avec le feu de la démocratie

Elle est la conseillère occulte, en réalité l'âme damnée de Pierre Savidan. La force et la folie. Les deux sont liés par une sorte de pacte faustien, si l'un tombe, l'autre aussi. Les femmes occupent une place centrale dans cette intrigue éprouvante, elles se montrent aussi implacables que leurs homologues masculins en politique. Prenez Lisa Viansson qui se découvre une fibre écologique et soutient ce nouveau venu dans...


Lire la suite sur LeJDD