Collabo, businessman et entremetteur : l'abbé Wallez, le sulfureux "second père" de Tintin

Pierre Godon
Le reporter à la houppette, qui fête jeudi ses 90 ans, est né sous le crayon d'Hergé... et dans l'imagination d'un prêtre-rédacteur en chef d'extrême droite dont l'influence a longtemps été minimisée.

Nom : Wallez. Prénom : Norbert. Profession : abbé, enfin officiellement, car son dada c'était plus la politique et les médias. Carrure : imposante (1,90 m pour 110 kg selon plusieurs "hergéologues"). Signe particulier : cocréateur de Tintin. Second signe particulier : presque personne n'est au courant de cette paternité.

A l'occasion du 90e anniversaire du reporter à la houppette, jeudi 10 janvier, faites plus ample connaissance avec ce personnage tombé dans l'oubli.

Une photo dédicacée de Mussolini

Les étagères qui tapissent son bureau de directeur du quotidien catholique Le Vingtième Siècle abritent des ouvrages religieux (un peu) et politiques (beaucoup). Norbert Wallez a une faiblesse pour Charles Maurras, penseur d'extrême droite. Sur son bureau, tournée vers le visiteur, une photo de Mussolini. Avec cette dédicace : "A Norbert Wallez, ami de l'Italie et du fascisme." Les connaisseurs datent l'image de 1924, peu de temps après l'arrivée du "Duce" au pouvoir.

C'est sur ce fauteuil que le jeune Georges Rémi, plus connu sous le nom d'Hergé, à peine dégrossi par son service militaire, s'assoit, en ce matin de 1927. Il n'a que 20 printemps. L'abbé a repéré au sein du journal ce gratte-papier du service des abonnements qui a un sacré coup de crayon... quand il s'agit de croquer ses collègues.

Wallez a été bombardé par l'épiscopat aux commandes d'un journal malade, au tirage en chute libre. L'homme d'Eglise voit deux remèdes pour renflouer les caisses : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi