Les collèges et lycées rouvrent uniquement pour les garçons en Afghanistan

·1 min de lecture
Des jeunes Afghans attendent dans un gymnase à Kaboul le 14 septembre 2021 l'arrivée du responsable des sports du régime taliban en Afghanistan. - BULENT KILIC © 2019 AFP
Des jeunes Afghans attendent dans un gymnase à Kaboul le 14 septembre 2021 l'arrivée du responsable des sports du régime taliban en Afghanistan. - BULENT KILIC © 2019 AFP

Une rentrée 100% masculine. Seuls les collégiens et lycéens afghans étaient autorisés à reprendre le chemin de l'école ce samedi - mesure déplorée par l'Unicef qui a exhorté le nouveau régime taliban à ne pas "laisser les filles de côté".
Dix jours après la réouverture des universités privées du pays, le ministère de l'Éducation a annoncé vendredi que "tous les professeurs hommes et les élèves" du secondaire allaient retrouver leur établissement, sans faire aucune mention des enseignantes ou des collégiennes et lycéennes.

Un retour vingt ans en arrière

Ce flou risque d'alimenter un peu plus encore l'inquiétude d'une partie de la population afghane et de la communauté internationale qui redoutent de voir se reproduire le même scénario que lors du premier passage au pouvoir des fondamentalistes, entre 1996 et 2001.
Le mouvement islamiste avait mené une politique particulièrement brutale à l'égard des femmes, qui n'étaient pas autorisées à travailler, étudier, faire du sport ou encore sortir seules dans la rue. Après le départ des talibans chassés par une coalition internationale emmenée par les États-Unis, les femmes avaient progressivement pu récupérer leurs droits fondamentaux et accéder à des métiers qui leur avaient été interdits, comme juge, parlementaire ou encore pilote.

"L'Unicef se félicite de la réouverture des écoles secondaires en Afghanistan, mais souligne que les filles ne doivent pas être laissées de côté", a réagi vendredi la directrice exécutive de l'agence onusienne, Henrietta Fore.

"Il est essentiel que toutes, y compris les plus âgées, puissent reprendre leur éducation sans plus de retard, et que les enseignantes puissent elles aussi continuer à enseigner", a insisté l'Unicef dans un communiqué, rappelant les "progrès considérables dans le pays au cours des deux dernières décennies".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles