Colin Powell ne se considère plus membre des républicains après les violences à Washington

Jade Toussay
·1 min de lecture
In this image from video made available before the start of the convention, former Secretary of State Colin Powell speaks during the second night of the Democratic National Convention on Tuesday, Aug. 18, 2020. (Democratic National Convention via AP) (Photo: ASSOCIATED PRESS)
In this image from video made available before the start of the convention, former Secretary of State Colin Powell speaks during the second night of the Democratic National Convention on Tuesday, Aug. 18, 2020. (Democratic National Convention via AP) (Photo: ASSOCIATED PRESS)

ÉTATS-UNIS - Au sein du parti républicain américain, il y a des figures indéboulonnables. Ou du moins, elles semblaient l’être avant la présidence Trump. L’une d’entre elles, l’ancien secrétaire d’État américain Colin Powell a ainsi quitté le navire, affirmant qu’il ne se considérait plus membre des républicains depuis les violences au Capitole.

Dans une interview accordée dimanche 10 janvier à la chaîne américaine CNN, l’ancien ministre de George Bush a pris ses distances avec le parti à l’éléphant, ainsi d’ailleurs qu’avec les démocrates. Interrogé sur le rôle des républicains dans la crise politique et sociale que traverse actuellement le pays, Colin Powell a en effet considéré que le parti avait contribué à exacerber les tensions.

“C’est la raison pour laquelle je ne peux plus me définir comme un membre des républicains. Je ne suis plus membre de quoi que ce soit en ce moment.”

“Je suis simplement un citoyen qui a voté pour les républicains comme pour les démocrates tout au long de ma carrière. Désormais, je m’occupe uniquement de mon pays, et ne me sens plus concerné par les partis”, a déclaré l’ancien secrétaire d’État, qui s’était opposé à Donald Trump dès le début de son mandat et a voté pour Joe Biden lors de la présidentielle.

Il ne s’est d’ailleurs pas privé d’étriller l’attitude des républicains, plus préoccupés par “leur image et leur obsession de ne prendre aucun risque pour leur carrière” que par le bien-être des Américains...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.