De Colin Kaepernick à George Floyd, voici l’histoire de "Take a knee", le geste qui veut mettre à genoux le racisme aux Etats-Unis

franceinfo

Les images de manifestants et de policiers, genou à terre, en soutien à la communauté afro-américaine, se multiplient aux Etats-Unis. Popularisé par un joueur de football américain en 2016, le symbole est longtemps resté marginal et violemment critiqué.

Des policiers américains blancs, un genou à terre. Les images sont chargées de symboles. Depuis la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, lundi 25 mai, à la suite de son arrestation par un agent de police blanc à Minneapolis (Minnesota), les photos de manifestants agenouillés, en signe de protestation contre les violences commises envers la communauté noire américaine, inondent les réseaux sociaux. "Voir des policiers blancs reprendre ce geste, c’est extraordinaire", s'étonne Nicolas Martin-Breteau, maître de conférences en histoire et civilisation des Etats-Unis à l'université de Lille.

Loin des manifestations, le mouvement "Take a knee" ("Poser un genou au sol") est né dans les stades de football américain. Lancé en 2016 par le joueur Colin Kaepernick, le geste a progressivement été repris par les militants du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte"). "C'est un geste d'humilité, de prière et de non-violence, déjà utilisé par Martin Luther King", analyse Simon Grivet, maître de conférence en histoire et civilisation des Etats-Unis à l'université de Lille, interrogé par franceinfo. En 1965, le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi