La colère de la société civile face aux dérives des forces de l'ordre

·2 min de lecture

Hier, face à la presse, le mouvement Rohy est monté au créneau en incriminant le régime et sa manière d'« instrumentaliser les forces de l’ordre ».

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Madagascar, le 18 février dernier, alors qu’il participait à une manifestation estudiantine pour réclamer le versement des bourses d’études, suspendu depuis quatre mois, un étudiant de Tamatave décède des suites d’une blessure par balle. Deux jours après, le gouvernement publie un communiqué dans lequel il explique que la mort du jeune homme est imputable à « un tir de sommation ». La goutte d’eau de trop pour la société civile malgache qui s’est dite « atterrée » par de telles explications.

Faraniaina Ramarosaona, coordinatrice nationale du mouvement Rohy, a fait part de sa grande inquiétude face au climat de peur ambiant, soigneusement entretenu par le pouvoir actuel. « Un maintien de l’ordre plus répressif que préventif », une utilisation des forces de l’ordre dévoyée de sa fonction première.

« Nous avons l’impression nette que les forces de l’ordre, à l’heure actuelle sont là pour protéger politiquement le pouvoir au lieu d’assumer leur vrai rôle dans le maintien de l’ordre. A savoir de faire en sorte que les manifestations pacifiques se passent bien. Le pouvoir actuel ne supporte aucun doute, aucune critique, il a une très faible volonté de concertation ou d’écoute alors qu’on est quand même en 2021 et non plus dans les années 80-90. Il considère comme ennemis de la nation tous ceux qui sont détracteurs - dont l’opposition -, et tous ceux qui veulent manifester pacifiquement et ils imputent un complot politique derrière toute manifestation publique. C’est un jeu dangereux parce que manifester, je le rappelle, est un droit, dans un pays qui se dit démocratique. »

Quant à l’attitude actuelle de l’opposition, décrite comme « jusqu’au-boutiste et peu constructive » par la société civile, cette dernière rappelle que « pendant les élections présidentielles, il y a eu 52% de taux d’abstention. C'est-à-dire que plus de la moitié de la population a décidé de ne voter ni pour M. Rajoelina ni pour M. Ravalomanana. Ce qui signifie également que les deux protagonistes et leurs partisans n’ont pas le droit de penser que le pays leur est acquis. »

En cas de nouvelle crise politico-sociale, prévient enfin la société civile, les deux parties seront tenues pour pleinement responsables de l’avènement de cette situation.