La colère des Libanais face à une crise économique qui s'éternise à la veille des législatives

Les Libanais doivent renouveler les 128 députés du Parlement, ce dimanche 15 mai. Dans le système politico-confessionnel du pays, la plupart des grandes formations ont l’espoir de se maintenir, malgré l’apparition de listes indépendantes qui espèrent réaliser une percée. Le scrutin se déroule sur fond de grave crise économique et sociale alors que 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Avec notre envoyé spécial à Beyrouth, Nicolas Falez

Une longue file d’attente s'étale devant une agence bancaire de Beyrouth, une scène de vie quotidienne au Liban. « Ils ont retenu notre argent à la banque et on est tous les jours obligés de venir faire la queue pour retirer de petites sommes dont nous avons besoin pour survivre », explique une femme faisant la queue.

Indignation et résignation

La livre libanaise a perdu 90% de sa valeur et les banques ne permettent à leurs clients qu’un accès extrêmement limité à leur propre argent. Dans la file d’attente, certains disent espérer un changement après les élections de dimanche, mais beaucoup au contraire se résignent.

« Même si on vote, ça ne sert à rien, les mêmes partis auront toujours la majorité. Eux, ce qui les intéresse, c'est leurs poches ! Le peuple ne les intéresse pas », se plaint un homme. Une autre femme continue : « Qu'ils nous enlèvent ces corrompus et on pourra vivre librement. Tant qu'il y a des corrompus, est-ce qu'il y a une baguette magique qui va changer le pays, je ne pense pas. »

Les pertes du secteur financier libanais sont estimées à 69 milliards de dollars. Le Parlement qui sera élu ce dimanche est censé adopter des lois réformant le secteur bancaire.

► À lire aussi : Reportage - Au Liban, à la rencontre d'une «clé électorale», intermédiaire qui paie les votants

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles