La colère des avocats de Cédric Jubillar : «Les juges cherchent à gagner du temps»

«C’est juste insupportable ! Ça suffit !». Les trois avocats de Cédric Jubillar , Emmanuelle Franck et Alexandre Martin, du barreau de Toulouse et Jean-Baptiste Alari, de celui d’Albi, sont vent debout contre les deux juges Audray Assemat et Coralyne Chartier qui instruisent le dossier Jubillar. Après leur refus d’une sixième demande de mise en liberté conditionnelle, le 26 juin dernier, les rapports avocats-juges sont tendus, voire inexistants : «Nous sommes des empêcheurs de tourner en rond !»Lire aussi: Séverine : «J'ai été la compagne de Cédric Jubillar» Cet été, un élément troublant, relayé par les médias, a indiqué que le téléphone de Delphine Jubillar, un Huawai P30 Pro, a été activé quatre fois dans la nuit de la disparition de la jeune femme, du 15 au 16 décembre 2020. À 0h07, 0h09, 1h33 (activation de la caméra vidéo) enfin à 6h52. Qui a pu détenir l’appareil et le manipuler ? «Cédric Jubillar n’avait plus les codes, répondent les trois avocats. À 6h52, les gendarmes primo-in