En colère après ses affiches, les chasseurs portent plainte contre la fondation Bardot

·1 min de lecture

Rien ne va plus entre les chasseurs et la fondation Brigitte Bardot. Plusieurs fédérations de chasse ont en effet décidé de porter plainte après une campagne d’affichage menée par la fondation depuis le début du mois d’avril, détaille France Bleu. Au cœur du scandale : le slogan inscrit sur les panneaux. "Chasseurs, sauvez des vies : restez chez vous", peut-on lire sur ces affiches collées aux quatre coins de la France. Un message qui ne passe pas.

Accompagnée par plusieurs autres structures, la fédération des Pyrénées-Atlantiques a ainsi annoncé déposer une plainte en référé devant une juridiction judiciaire, saisir l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) et avoir adressé un courrier au ministre de l’Intérieur. Elle y dénonce une "stigmatisation profondément choquante" des chasseurs. Un constat partagé du côté de la Fédération départementale de la Haute-Vienne qui s’emporte sur France Bleu : "Ils se sont servis de la campagne gouvernementale contre le Covid, et ils nous comparent à un virus mortel qui a tué près de 100.000 personnes en France. C’est du n’importe quoi !"

De son côté, la fondation Brigitte Bardot explique que le but de cette campagne est "d’interpeller mais aussi d’amener les politiques à se poser la question du partage de l’espace", explique Sud Ouest. La structure demande notamment que le dimanche devienne un jour sans chasse. Selon la fondation, la pratique "a blessé 141 personnes en France l’an dernier dont 11 accidents mortels".

>> A (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arnaques par message : le gouvernement met en garde
Ces nouvelles professions qui pourront se faire vacciner dès ce week-end en France
Dette : le déficit public abyssal de l’Italie devrait encore se creuser en 2021 !
Le Liban en plein bras de fer sur le gaz avec Israël, face au risque d’effondrement économique total
"Nous croyons au nucléaire", une énergie qui "a de l'avenir en France", selon Bruno Le Maire