Publicité

Colère des agriculteurs : après la levée des barrages, les collectivités locales chiffrent le montant des dégâts

Depuis vendredi 2 février, la majorité des barrages mis en place par les agriculteurs se lèvent progressivement à travers la France. À la suite des mesures annoncées par Gabriel Attal, parmi lesquelles un renforcement des lois Egalim ou une aide de 150 millions d’euros de soutien fiscal et social aux éleveurs, certains syndicats, comme la FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont appelé à suspendre les blocages en France.

Des coûts « qui pourront éventuellement atteindre le million »

Alors que les convois évacuent les routes et que les professionnels retournent dans leurs exploitations, les collectivités locales touchées par les blocages doivent désormais estimer le montant des dégâts causés par la colère des agriculteurs. Interrogé par franceinfo, Stéphane Destruhaut, vice-président du conseil départemental de Haute-Vienne, chiffre ces coûts à « plusieurs centaines de milliers d’euros, qui pourront éventuellement atteindre le million », à cause, notamment, du passage des poids lourds sur des routes inappropriées.

Le vice-président de la Haute-Vienne va solliciter l’État au moment de payer, tout comme la ville d'Agen. Toutefois, la mairie et l’agglomération devront également contribuer aux 400 000 euros. Parmi les nombreuses dégradations dans la commune du Lot-et-Garonne, c’est la préfecture qui a été principalement visée par la Coordination rurale. Jean Dionis du Séjour, maire d'Agen, assure qu'il ne demandera aucune participation financière aux syndicats. La mairie de Toul...


Lire la suite sur LeJDD