Publicité

Colère des agriculteurs : après 91 interpellations mercredi, le dispositif de sécurité sera renforcé jeudi en région parisienne

Depuis plusieurs jours, les agriculteurs clament leurs intentions de bloquer Paris et le marché de Rungis. Ce mercredi 31 janvier, ils ont mis ces menaces à exécution et certains ont même réussi à pénétrer, brièvement, dans l’enceinte du plus grand marché de produits alimentaires du monde. À la suite de cette intrusion, 91 mises en garde à vue ont été effectuées par les forces de l’ordre.

Laurent Nuñez, préfet de police de Paris, a officialisé ce chiffre ce mercredi soir au micro de BFMTV. « Nous ne saurions tolérer des troubles à l'ordre public, des débordements [...] c'est ce qu'il s'est passé aujourd'hui à Rungis », estime-t-il. Le préfet de police a également évoqué, comme Gérald Darmanin, la « ligne rouge », franchie par les agriculteurs. Ceux-ci n’ont pas hésité à faire avancer leurs tracteurs jusqu’à quelques mètres du cordon de CRS protégeant le marché de Rungis.

24 compagnies de CRS déployées

Les forces de l’ordre seront encore plus nombreuses ce jeudi en Île-de-France. D’après les informations de BFMTV, le ministère de l'Intérieur va déployer, ce jeudi 1er février, 24 compagnies de CRS en région parisienne, dont deux de nouvelle génération. Celles-ci feront face aux agriculteurs déjà présents autour de Paris, mais aussi à ceux dont les convois arrivent des quatre coins de la France.

Laurent Nuñez a indiqué que sept points de barrage étaient actuellement actifs à travers l’ensemble de la région parisienne. Dans la plupart des cas, ceux-ci se déroulent « très...


Lire la suite sur LeJDD