Code civil, conseil de prud'hommes… Que reste-t-il de l’héritage de Napoléon Bonaparte ?

Le mercredi 5 mai, cela fera deux cents ans que Napoléon est mort. Il a cependant laissé une trace très concrète de son passage à la tête de l'Empire. “Une empreinte architecturale d’abord”, explique Nicolas Carvalho, journaliste franceinfo, lundi 3 mai. La France lui doit l’Arc de triomphe de la place de l’Étoile et celui de la place du Carrousel, à Paris, ainsi que la colonne Vendôme, sur la place du même nom et puis, un peu partout en France, des éléments toponymiques. Le bac, la Légion d’honneur Napoléon laisse aussi un héritage institutionnel avec la création, en 1800, des préfectures. Le Conseil d’État, le conseil de prud'hommes, la Banque de France voient également le jour sous son empire, sans oublier le Code civil, qui consacre le principe d’égalité devant la loi. Le baccalauréat sous sa forme moderne et la Légion d'honneur, qui reste la plus haute distinction française, sont également des contributions napoléoniennes.