Cocaïne échouée sur la côte Atlantique : est-ce risqué d’y toucher ?

Des centaines de kilos de cocaïne s’échouent, depuis début novembre, sur la côte Atlantique. Les autorités assurent que le simple fait d’y toucher représente un danger pour la santé.

Des paquets de cocaïne refluent sur les plages de la côte Atlantique depuis le début du mois de novembre. Plus d’une tonne de drogue a d’ores et déjà été récupérée, selon le procureur, entre Saint-Nazaire et le Pays basque. Ces derniers jours, ce sont souvent les promeneurs qui ont fait ces étonnantes découvertes. 

Les communes craignent que les paquets tombent entre de mauvaises mains ou mettent en danger des riverains. D’ailleurs, six villes de l’ouest ont fermé l’accès à la plage. Car les autorités l’affirment, “toucher de la cocaïne aussi pure, c’est déjà prendre des risques pour sa santé”, comme le rapportait France 2 ce 11 novembre.

Passage par la voie cutanée

Selon le docteur Jean-Michel Delile, président de la Fédération addiction et psychiatre à Bordeaux, “la cocaïne peut effectivement passer par les voies transdermiques, mais de manière très marginale”. “On ne peut pas exclure le risque, c’est donc normal que les autorités souhaitent mettre en garde à ce sujet”, poursuit-il. 

L’autre danger, si les riverains ouvrent les paquets, c’est que la cocaïne qui pourrait se trouver sur leurs mains, même en petite quantité, se dépose ensuite sur leur bouche par exemple. 

À LIRE AUSSI >> Comment fonctionne le cannabis thérapeutique ?

Surtout, “plus la pureté de la cocaïne est importante, plus le risque d'absorption cutanée est élevé”, précise le spécialiste. Or, la drogue retrouvée sur les plages est pure à 83%, loin des produits habituels, “à 30 ou 40%”. 

La voie cutanée n’est “pas une voie puissante d’administration de la cocaïne, mais le risque n’est pas nul”, conclut le médecin Jean-Michel Delile. De quoi expliquer l’appel à la vigilance.

Ce contenu peut également vous intéresser :