Cocaïne volée au "36": "Si j'étais coupable, je vous jure que je l'aurais dit"

Le prévenu Farid Kharraki (d) et le policier Jonathan Guyot (g), le 8 mars à Paris

Paris (France) (AFP) - "Si j'étais coupable, je vous jure que je l'aurais dit": confronté au témoignage plein d'émotion de son épouse, l'ancien policier Jonathan Guyot a continué vendredi à contester le vol en 2014 de 50 kg de cocaïne dans les scellés de la police.

En instance de divorce, la jeune femme de 37 ans, prénommée Sophie, est notamment poursuivie pour recel de trafic de stupéfiants.

Lors d'une visite à son mari en prison, ce dernier lui avait dit que l'argent qu'il avait confié à deux amis d'enfance -estimé au total à 400.000 euros, selon l'accusation- provenait d'indicateurs. "Il me dit "tontons" (indicateur en argot, NDLR), il me dit que ça n'a rien à voir avec le vol" de la cocaïne au 36 quai des Orfèvres, a-t-elle raconté à la barre.

Seule une petite partie de l'argent a été retrouvée. L'essentiel a disparu, notamment après avoir été jeté dans un sac dans le lac de Créteil par le frère cadet de Jonathan Guyot.

La jeune femme raconte sa solitude lorsque son mari, qui est "tout pour elle", se retrouve en prison. Elle n'a "pas envie de croire" qu'il ait pu faire ce dont on l'accuse, expliquant avoir découvert dans l'ordonnance de renvoi toutes les charges qui pèsent contre lui.

Pour Jonathan Guyot, "le plus douloureux", c'est de la voir embarquée dans cette affaire, jusque devant la justice.

L'avocat de la jeune femme lui demande: "Est-ce que vous êtes d'accord pour dire que la vérité? Vous la devez à Sophie", qui a passé quatre jours en détention provisoire.

"Si j'avais une responsabilité, je lui aurais dit la vérité", "elle l'a depuis le départ, je n'ai pas sorti cette drogue", a assuré Jonathan Guyot, "je suis tellement ému que si j'étais coupable, je vous jure que je l'aurais dit".

Le procès, prévu jusqu'au 17 mars, reprend mardi prochain.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages