CO² : «C'est trop facile de taper sur les doigts des industriels»