Le coût gigantesque de la crise pour la France

Que coûte réellement à la France l'épidémie de coronavirus ? Dotation exceptionnelle pour acheter du matériel médical, soutien aux entreprises... Chaque jour, l'Etat débloque de nouveaux moyens pour lutter contre la crise. Face à l'afflux de patients contaminés et hospitalisés en réanimation, le gouvernement fait face à des dépenses inévitables pour le système de santé. Mi-mars, le ministre des Comptes publics avait indiqué que la France allait consacrer deux milliards d'euros à la crise sanitaire à l'hôpital, via le financement des arrêts maladie, l'achat de masques et la rémunération des personnels soignants.

Mardi, le président de la République a annoncé une dotation "exceptionnelle" de 4 milliards d'euros à Santé publique France pour financer des commandes "en médicaments, respirateurs et marques", qui viennent s'ajouter aux 2 milliards déjà budgétés. La mesure la plus coûteuse dans l'immédiat reste toutefois le dispositif de chômage partiel mis en place pour les salariés des entreprises à l'arrêt ou au ralenti du fait du confinement.

>> A lire aussi - Croissance : “le coût humain et économique du coronavirus sera colossal pour la France !”

Le gouvernement avait prévu d'engager 8,5 milliards d'euros sur deux mois (dont 3 milliards pour l'Unedic), via la prise en charge d'une partie du salaire des salariés concernés, mais avec plus de 2 millions de personnes déjà entrées dans le dispositif, ce montant va être dépassé, selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Autre dépense directe : le fonds de solidarité pour les petites entreprises et les indépendants, initialement évalué à 1,2 milliard d'euros pour le seul mois de mars, via le versement de jusqu'à 1.500 euros aux entreprises concernées.

>> A lire aussi - Les dettes des Etats explosent : c'est vraiment grave, docteur ?

Mardi, Bruno Le Maire a indiqué qu'il coûterait finalement 1,7 milliard d'euros, le gouvernement ayant abaissé le seuil d'éligibilité à une perte de 50% de chiffre d'affaires sur le mois, contre

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En appelant le 36 20, “dites notaires”, des consultations gratuites sont offertes
Déguisés en médecins, des fêtards transforment une villa en boîte de nuit
Assurance habitation : les solutions pour affronter un dégât des eaux pendant le confinement
Le coronavirus fait-il vraiment moins de morts à Marseille que dans le reste de la France ?
La ville de Nice distribue par erreur des gels hydroalcooliques inefficaces