Le coût économique du déclin de la nature, selon le rapport du WWF

WWF.France

Selon le rapport « Global Futures », si rien n’est fait pour enrayer la disparition de la nature, cela coûtera au moins 479 milliards de dollars par an au niveau mondial, soit près de dix mille milliards de dollars d'ici 2050, l'équivalent des économies du Royaume-Uni, de la France, de l'Inde et du Brésil cumulées.

Parmi les pays les plus impactés en valeur absolue du PIB, les États-Unis figurent à la première place, avec une perte de 83 milliards de dollars par an d'ici 2050, un montant équivalent à la totalité du PIB annuel du Guatemala. Suivent le Japon et le Royaume-Uni avec respectivement des pertes de 80 et 21 milliards de dollars par an. Les causes principales de cette perte de PIB dans les trois pays sont l'augmentation des inondations, l'érosion côtière et la perte de défenses naturelles telles que les coraux et mangroves, avec des dommages conséquents aux infrastructures côtières et aux terres agricoles

Les inondations après l'ouragan Katrina aux États-Unis. © UNSW

Fermes de demain : les défis d'une agriculture durable, par Tjep

Quels seraient les pays les plus touchés par le déclin de la nature ? 

La France, quant à elle, figure à la 10e place parmi les pays les plus impactés, à hauteur de 8,4 milliards de dollars chaque année d’ici 2050, soit 173 milliards de dollars d’ici 2050, environ l’équivalent du PIB de la Slovaquie. Ces pertes économiques sont principalement dues à l’érosion des côtes (plus de 5 milliards de dollars) et à la diminution de la production halieutique (plus de 2 milliards de dollars) ainsi que, dans une moindre mesure, à la limitation du stockage du carbone, de la pollinisation, et des apports en eau.

Les pays en développement seront également très touchés, l'Afrique de l'Est et de l'Ouest, l'Asie centrale et certaines parties de l'Amérique du Sud en particulier, car la perte de nature aurait des répercussions sur les niveaux de production, le commerce et les prix des denrées alimentaires. Selon le rapport, les...

> Lire la suite sur Futura