La Cnil réservée sur le pass sanitaire : "Il faut que l’on puisse contrôler les gens", plaide Sophie Cluzel

·1 min de lecture

Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, était jeudi l'invitée politique d'Europe Matin. Invitée à réagir aux critiques formulées contre l'extension du pass sanitaire, et notamment le risque qu'il représente pour certaines libertés, cette responsable gouvernementale invoque la menace d'un reconfinement.

INTERVIEW

La Cnil a émis mercredi soir un avis très réservé sur le pass sanitaire. Le gendarme du numérique invite le gouvernement à en "circonscrire" l’utilisation, car il porte une atteinte "particulièrement forte" aux libertés, selon les mots de Marie-Laure Denis, présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, qui était auditionnée au Sénat. "Il faut absolument que l’on puisse contrôler les gens, pour tous ceux qui ont fait l’effort de la vaccination ou des tests PCR. Il faut qu'on puisse engranger ces informations individuelles, bien sûr qui restent totalement privées, pour pouvoir circuler en toute sécurité", plaide ce jeudi matin, sur Europe 1, Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.

Le projet de loi sur le pass sanitaire est toujours examiné en débat à l'Assemblée nationale. Le gouvernement voulait aller vite pour faire passer ce projet de loi, engageant une procédure accélérée. Mais c'était sans compter sur les oppositions ; une centaine d'amendements ont été examinés sur plus d'un millier déposés mercredi. "Un confinement pour tous n’est pas neutre, c’est ce que l’on veut vraiment éviter", martèle Sophie Cluzel, qui concède...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles