Cluster et suspicion de variant indien dans un navire amarré au Havre

·1 min de lecture

Des analyses sont en cours pour déterminer si les marins contaminés par le coronavirus sont porteur du variant indien.

Un cluster de contaminations au coronavirus a été détecté en Seine-Maritime. Seize marins d'un navire amarré au Havre ont été testés positifs au Covid-19 et des analyses sont en cours pour déterminer s'ils sont touchés par le variant indien, a-t-on appris samedi 1er mai auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) de Normandie.

"Les personnes concernées sont les marins d’un navire, où des cas positifs avaient été identifiés alors qu’ils étaient en mer. Tous les marins avaient alors été mis à l'isolement dès le 18 avril avant leur arrivée au Havre (cas positifs et contacts à risque)", a indiqué l'ARS à l'AFP.

Une fois à quai, l’isolement s’est poursuivi en hôtel dédié, "accompagné d'un contrôle strict". Sur la totalité de l’équipage, deux marins finissent actuellement leur isolement qui s’achèvera ce week-end. L’ensemble des membres de l’équipage a observé un isolement strict sur la durée requise, d'après la même source.

"Concernant la suspicion de présence du variant indien, à ce stade, l’ARS de Normandie est en lien avec le Centre national de référence (CNR) et attend pour la semaine prochaine les résultats des séquençages afin de confirmer les premières analyses effectuées par le Groupement hospitalier du Havre (GHH) pour vérifier la nature précise du virus contracté et confirmer ou non la présence de ce variant", ajoute-t-elle.

>> A lire aussi - Deux nouveaux cas de variant indien découverts en France

Ces investigations virologiques s’inscrivent dans le cadre de la surveillance (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Californie : les fans exultent à la réouverture de Disneyland
Prison ferme pour une femme qui avait appelé les pompiers des milliers de fois
Le Canada retarde la livraison de 300.000 doses de vaccin Johnson & Johnson
Une start-up américaine interdit les conversations politiques et perd un tiers de ses salariés
Vaccination, pneus, gaz... Tout ce qui change au 1er mai