Clubhouse, Dive... les réseaux sociaux audio offrent-ils vraiment des débats plus apaisés ?

franceinfo Culture
·1 min de lecture

C'est un rendez-vous calme et apaisé que Cyril propose tous les midis en semaine sur le nouveau réseau social à la mode : Clubhouse. En cette période de télétravail massif pour cause de pandémie, ce passionné de nouvelles technologies organise sur la pause déjeuner, entre 13 et 13h30, une marche audio lors de laquelle les participants à sa "room", les lieux d'échanges sur Clubhouse, marchent virtuellement ensemble tout en discutant de sujets divers et variés.

"C'est un petit moment pour souffler le midi. On marche et on parle. Tous les sujets sont abordés, des choses sérieuses, d'autres plus fun, le futur de Clubhouse...", sourit Cyril Bauchais-Allamel, social manager dans une grande entreprise de télécommunications. Selon lui, 80% des gens qui se joignent au rendez-vous marchent vraiment autour de chez eux ou de leur lieu de travail. Mais pourquoi avoir organisé ce club de "marcheurs" ? "On perçoit plus de choses par la voix. Ce côté confidence permet un échange plus fluide que l'écrit. On est moins confronté à des trolls que sur les réseaux sociaux classiques", juge-t-il. Sur Clubhouse, son club compte 240 membres et ils sont entre 10 et 15 à se réunir à chaque pause déjeuner.

Une volonté de fuir les "trolls"

Depuis quelques années, les réseaux sociaux historiques tels que Twitter ou Facebook, sont de plus en plus pointés du doigt pour la "culture du clash" qui s'y est développée et la grande difficulté à y tenir un débat apaisé et fouillé. Dans son livre J'ai vu (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi