Cloud. Le Pentagone tire un trait sur son méga contrat avec Microsoft

·1 min de lecture

Le ministère de la Défense américain a remis en jeu son appel d’offres pour moderniser l’informatique des forces armées. Amazon, qui contestait l’énorme contrat pour le stockage en nuage conclu fin 2019 avec Microsoft, est à nouveau sur les rangs. Google, Oracle et IBM aussi.

Le Pentagone résilie “l’énorme contrat pour le cloud Jedi”, conclu fin 2019 avec Microsoft, pour “repartir de zéro avec un nouveau projet”, mettant ainsi un terme à un dossier qui s’était singulièrement “enlisé”, suite aux contestations devant la justice du rival Amazon et au “barrage d’objections au Congrès”, rapporte le Wall Street Journal.

Pour justifier ce retournement de situation, le ministère de la Défense a avancé mardi “des raisons techniques”, en “affirmant que les progrès des technologies de stockage du cloud et l’évolution des besoins du Pentagone avaient rendu obsolète le Programme d’infrastructure de défense commune” – le fameux Jedi (Joint Enterprise Defense Infrastructure), un clin d’œil à La Guerre des étoiles.

Le giga contrat de 10 milliards de dollars sur dix ans était “entaché par les soupçons d’ingérence de Donald Trump”, rappelle le Financial Times. Amazon, l’acteur numéro un de l’informatique en nuage, avait accusé Donald Trump, qui était alors président, d’avoir “fait pression sur le Pentagone pour qu’il attribue le contrat à son rival à cause de son animosité envers son fondateur

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles