“Une clope avant tout” : les taxes ne vont pas dissuader les jeunes Indonésiens de fumer

JUNI KRISWANTO/AFP

L’Indonésie est l’un des premiers marchés mondiaux de la cigarette. Selon les données du Bureau central des statistiques (BPS), en 2021, le pays comptait 59,3 millions de fumeurs, dont 13 % de jeunes âgés de moins de 18 ans. L’institut gouvernemental note que “les cigarettes sont le deuxième article le plus consommé après le riz par les populations pauvres du pays”.

Dans ce contexte, le gouvernement entend freiner la consommation en agissant sur le prix du paquet. “La ministre des Finances, Sri Mulyani Indrawati, a affirmé que l’augmentation de 10 % de la taxe sur les cigarettes, en plus de renflouer les caisses de l’État, visait à protéger les enfants des dangers du tabagisme”, rapporte Koran Tempo.

Pourtant, le quotidien rappelle qu’en 2021 le gouvernement avait déjà augmenté cette taxe de 12,5 %, sans que cela entraîne une baisse du tabagisme. Bien au contraire : 321,31 milliards de cigarettes ont été fumées cette année-là, contre 298,4 milliards en 2020. “Quel que soit leur prix, les cigarettes continueront d’être achetées par les accros à la nicotine, et principalement par les adolescents qui ont pour devise ‘une clope avant tout’.”

S’attaquer à la publicité ?

Selon Koran Tempo, les industriels du tabac feignent de subir des pertes à cause de l’augmentation des taxes, quand celles-ci ne produisent pas d’effet visible. Selon le quotidien de Jakarta, d’autres mesures apparaissent plus évidentes pour réduire le tabagisme chez les jeunes, notamment l’encadrement de la publicité. “En 2021, les publicités pour les cigarettes sur Internet ne représentaient que 1,9 % du total des annonces. En 2022, ce chiffre est passé à 21,4 %. Sans parler du parrainage massif, par les fabricants de cigarettes, de grands concerts, en particulier ceux de musique dangdut, très populaire dans les villages.”

“Devant les écoles, de nombreux stands continuent à vendre des cigarettes à l’unité aux enfants.”

Mais il faudrait beaucoup de courage au gouvernement pour s’attaquer à la toute-puissante industrie du tabac. Ce secteur employait en 2019 près de 6 millions d’Indonésiens, dont 4,29 millions dans la fabrication et la distribution, et 1,7 million dans les plantations. Cette année-là, à l’occasion d’un dialogue avec les grandes compagnies nationales de la cigarette, le ministre de l’Industrie indonésien, Airlangga Hartarto, avait affirmé que “l’industrie du tabac [faisait] partie de l’histoire de la nation et de la culture indonésiennes”, rapporte le site du ministère.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :