Clint Eastwood, un portraitiste de l’Amérique hors-pair ?

·1 min de lecture

Récit : Clint Eastwood, un portraitiste de l’Amérique hors-pair ?

A l’occasion de la sortie du coffret Warner qui regroupe 63 de ses  films et de la diffusion de son dernier film sur Canal + « Le cas Richard Jewell »  Clap revient sur l’incroyable carrière du réalisateur.

Depuis 60 ans Clint Eastwood peint cette Amérique à la marge, dont on parle peu. Que ce soit dans Grand Torino avec un vétéran raciste qui se sent abandonné par son pays ou dans L’Echange avec cette jeune mère qui se bat pour retrouver son fils.  Clint Eastwood  parle de ses héros du quotidien.  Aujourd’hui, il est l’un des rares artistes à se déclarer ouvertement conservateur. Alors comment sa vision politique influence-t-elle ses films ? Que dit-il à travers ses films de l’Amérique, de ses névroses et ses espoirs ? Comment expliquer la fidélité du public américain mais aussi français ? On vous dit tout dans Clap !

 

Invité : Jean-Louis Fabiani, sociologue auteur de Clint Eastwood aux éditions de la Découverte

Les films de ma vie : Joel Dicker

L’avis des critiques : Caroline Vié de 20minutes et Fabrice Leclerc de Paris Match

Films discutés : Malcom et Marie (Netflix)/ Seules les bêtes (Mycanal)/Antoinette dans les Cévennes /La vérité (Mycanal)


Retrouvez cet article sur Europe1