Les climatosceptiques sont plus présents dans les médias que les climatologues

Une étude publiée en août 2019 dans le journal scientifique a mis en évidence que les médias citaient préférentiellement les climatosceptiques, au détriment des climatologues les plus reconnus. Pour cette étude, les chercheurs ont analysé environ 100.000 articles de la presse papier ou web publiés entre 2000 et 2016, cherchant les citations et les noms de plusieurs centaines de climatologues de premier plan et un nombre égal d'universitaires, entrepreneurs et hommes politiques doutant du réchauffement de la planète ou attribuant la hausse des températures à des causes "naturelles".

Plus de visibilité pour les climatosceptiques

"Nous avons découvert que la visibilité des négateurs du climat a été 49% plus importante que celle du changement climatique", ont écrit les auteurs de l'étude dirigée par Alexander Petersen, de l'université de Californie à Merced.

Même au sein d'une sélection de médias de premier plan comme le New York Times, le Guardian ou le Wall Street Journal, ces négateurs du climat ont été cités un peu plus souvent. Alors que ces médias citent principalement les climatologues pour les questions purement scientifiques, ils citent plus souvent les climatosceptiques pour des citations non-scientifiques, ce qui finalement fait que ces derniers sont globalement plus cités. Selon les auteurs, cela est fait principalement pour rejeter leurs arguments, mais cela peut aussi être contre-productif.

Une disproportion médiatique qui diminue la crédibilité des climatologues

Selon les données de la science, le monde a déjà gagné +1°C depuis l'ère préindustrielle, en raison des émissions de gaz à effet de serre généré par l'activité humaine, et les climatologues mettent en garde depuis longtemps contre les menaces que ce réchauffement, qui continue pose, à l'humanité. "Ceux qui sont à contre-courant en matière de changement climatique ont réussi à organiser une voix forte au sein de la communication politique et scientifique", ont noté les auteurs de l'étude. "Une tel[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi