Climat: les Républicains à l'Assemblée veulent un meilleur contrôle des engagements de la France

Climat: les Républicains à l'Assemblée veulent un meilleur contrôle des engagements de la France
Les Républicains (illustration) - BERTRAND GUAY  © 2019 AFP
Les Républicains (illustration) - BERTRAND GUAY © 2019 AFP

Le groupe Les Républicains (LR) a demandé mercredi la création d'une mission d'information à l'Assemblée en vue de mettre en place un observatoire de suivi des objectifs climatiques de la France, pas suffisamment contrôlés selon ces députés.

Cette demande a été faite par les huit membres LR de la commission développement durable de l'Assemblée au président de celle-ci, Jean-Marc Zulesi (Renaissance).

"Face à l'absence d'outils de contrôle mis à disposition de l'Assemblée, conscients des attentes toujours plus fortes de nos concitoyens en matière climatique, nous proposons la création d'une mission d'information visant à mettre en place un observatoire de suivi des objectifs en matière climatique par la France", annoncent ces députés, dont Pierre Vatin, élu de l'Oise, et Antoine Vermorel-Marques (Loire).

"Le Parlement ne peut se désintéresser du climat"

"S'il est nécessaire de se fixer des objectifs ambitieux, une fois la loi votée, le Parlement ne peut se désintéresser du climat. Le rôle des députés doit assurément être de contrôler le gouvernement sur les objectifs qu'il lui fixe", expliquent ces élus LR, un parti jusqu'à présent jugé peu présent dans le débat climatique.

"La droite doit mettre clairement la transition écologique au coeur de son projet", estime aussi la députée européenne LR Agnès Evren dans une tribune publiée par Le Monde.

"Atteindre la neutralité carbone en 2050, privilégier une approche globale, réconcilier ambition écologique et pragmatisme économique devront être au coeur des idées de la future présidence des Républicains", après l'élection à la tête du parti en décembre, selon elle.

Cette initiative des députés LR intervient après la publication sur les réseaux sociaux dimanche d'une vidéo dans laquelle Emmanuel Macron estime que la condamnation de l'Etat pour inaction climatique n'était "pas pour (sa) pomme" mais pour la période 2015-2018.

Article original publié sur BFMTV.com