Climat : quelles avancées dans la réduction des émissions de méthane ?

Le dernier Greenhouse Gas Bulletin publié par l’OMM, l'Organisation météorologique mondiale, début novembre 2022 le souligne. Jamais depuis le début des mesures il y a près de 40 ans, les concentrations en méthane (CH4) dans notre atmosphère n’ont été aussi élevées. Plus inquiétant encore, l’accélération marquée du rythme de l’augmentation de ces concentrations. Avec des hausses en 2020 et 2021 plus importantes qu’aucune autre année depuis 1983.

Après la COP27, la 27e Conférence des parties signataires de la Convention-Cadre de l’Organisation des Nations unies sur les changements climatiques, qui vient de s'achever à Charm el Cheikh, c’est l’occasion pour l’organisation non gouvernementale (ONG) Environmental Defense Fund Europe (EDFE) de faire le point sur le Global Methane Pledge, l’accord de réduction des émissions de méthane signé par 103 pays lors de la COP26.

Le méthane, un important contributeur du réchauffement climatique

Parce que rappelons que le méthane est un gaz à effet de serre (GES) au pouvoir réchauffant plus de 80 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone (CO2) si l’on considère une durée de vie de 20 ans. Les experts estiment ainsi que 30 % du changement climatique en cours est attribuable au CH4. Ce qui en fait ni plus ni moins que le deuxième gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique, après le CO2.

Les experts de l’OMM le reconnaissent. Il reste difficile d’identifier les causes de l’augmentation observée des émissions de CH4 depuis deux ans notamment. Celle-ci pourrait être essentiellement d’origine biogénique. Provenir, par exemple, d’une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura