Climat: le prince Charles dit "comprendre" la frustration des militants écologiques

·2 min de lecture
Le prince Charles en juin 2019 - Niklas HALLE'N - AFP - POOL
Le prince Charles en juin 2019 - Niklas HALLE'N - AFP - POOL

Le prince Charles a dit "comprendre" la frustration des militants écologistes, et souhaité que les dirigeants attendus au sommet de la COP26 ne fassent pas "que parler", mais prennent des mesures ambitieuses contre le changement climatique. Dans une interview à la BBC diffusée lundi, l'héritier du trône britannique affirme comprendre "bien sûr" les critiques de la jeune militante Greta Thunberg envers les responsables politiques qu'elle accuse de rester impassibles face à l'urgence climatique.

"Tous ces jeunes ont l'impression qu'il ne se passe jamais rien, alors bien sûr, ils deviennent frustrés", a déclaré le prince Charles.

Il a aussi dit qu'il comprenait pourquoi des groupes écologistes comme Extinction Rebellion manifestaient et bloquaient des axes routiers, des actions condamnées par le gouvernement britannique.

"Je comprends parfaitement la frustration, la difficulté est de savoir comment diriger cette frustration d'une manière plus constructive que destructrice", a-t-il déclaré.

Agir sur le terrain

Sensible à la cause environnementale de longue date, Charles, 72 ans, s'est dit inquiet que les dirigeants internationaux qui se réuniront à partir du 31 octobre à Glasgow en Ecosse ne "fassent que parler" lors de la COP26, au lieu de prendre des mesures pour réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre.

Depuis la signature des accords de Paris en 2015, la transition vers une économie et des énergies plus propres a progressé, mais trop lentement pour limiter le réchauffement à 2°C, a fortiori 1,5°C, par rapport à la fin du XIXe siècle.

"Le problème, c'est d'agir sur le terrain", a déclaré le prince Charles qui se rendra à la COP26 avec sa mère, la reine Elizabeth II. Il a averti que l'impact serait "catastrophique" si des mesures ambitieuses n'étaient pas décidées.

"Cela commence déjà à être catastrophique car rien dans la nature ne peut survivre à la pression créée par ces conditions météorologiques extrêmes", a-t-il déclaré.

Ses propres efforts

Lors de cet entretien, le duc de Cornouailles a également évoqué ses propres efforts pour réduire son empreinte carbone, expliquant ne manger ni viande ni poisson deux jours par semaine et avoir réduit sa consommation de produits laitiers.

"Si davantage de gens faisaient cela, cela réduirait beaucoup la pression sur l'environnement", a-t-il dit.

Il a aussi raconté que sa voiture, une Aston Martin qu'il possède depuis plus de 50 ans, avait été modifiée pour pouvoir rouler avec "du surplus de vin blanc anglais et du lactosérum provenant du processus de fabrication du fromage". Elle fonctionne avec un mélange de 85% de bioéthanol et 15% d'essence sans plomb.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles