Le climat politique est moins favorable aux populismes qu’il y a 5 ans

·1 min de lecture
Photo des candidats à l'élection présidentielle de 2017.
Photo des candidats à l'élection présidentielle de 2017.

« Un climat préprésidentiel différent ? » Cette année, l?enquête « Fractures françaises » d?Ipsos-Sopra Steria, reconduite tous les ans pour Le Monde, interroge les évolutions de l?opinion depuis la campagne présidentielle de 2017. Première conclusion : les Français abordent la présidentielle 2022 dans un « climat d?opinion » différent d?il y a cinq ans. En effet, quoiqu?encore forte, la défiance générale à l?égard du système politique et de ses protagonistes a baissé à plusieurs égards.

Les partis politiques, d?abord, encore très largement méprisés, retrouvent l?adhésion de quelques Français : 16 % de ces derniers déclarent leur faire confiance, contre seulement 12 % en 2017. Par ailleurs, 31 % des Français considèrent que leurs idées sont suffisamment représentées dans le système démocratique français, contre 24 % il y a quatre ans. Des chiffres qui restent très bas, mais en nette amélioration.

« C?est un climat différent de celui de [la précampagne de] 2016, sans doute moins propice aux poussées populistes, au moins provisoirement », avance Brice Teinturier, directeur général délégué d?Ipsos France, dans une tribune publiée dans Le Monde. Une évolution qu?il explique par « une expérience accrue de la vulnérabilité », pointant que, depuis 2017, le terrorisme, les conflits sociaux et surtout la crise sanitaire ont fait redécouvrir à certains Français « l?utilité d?avoir des responsables politiques ».

L?adhésion au régime démocratique reste stable : 68 [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles