Climat : le monde vers +2,6°C à cause d'engagements "pitoyablement" insuffisants

© AFP

Les engagements internationaux laissent la Terre sur la trajectoire d'un réchauffement de 2,6°C, un résultat "pitoyablement pas à la hauteur" pour le patron de l'ONU, qui appelle à cesser le "greenwashing". À fin septembre, le cumul des engagements sans condition (d'actions ou de financements extérieurs) "donne 66% de chances de limiter le réchauffement à environ 2,6°C à la fin du siècle".

Nouveau coup de semonce à 10 jours de la COP27: les engagements internationaux laissent la Terre sur la trajectoire d'un réchauffement de 2,6°C, un résultat "pitoyablement pas à la hauteur" pour le patron de l'ONU, qui appelle à cesser le "greenwashing". Et les politiques de réductions telles qu'actuellement menées par les Etats, incapables de tenir leurs propres engagements, nous conduisent vers un réchauffement de 2,8°C, alors que l'année 2022 a déjà vu se multiplier les impacts du changement climatique - inondations dramatiques, sécheresses, canicules ou feux de forêts, rappelle le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) dans un rapport analysant les engagements internationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

>> À LIRE - Climat : le réchauffement en France s'annonce pire que prévu

Des engagements "pitoyablement pas à la hauteur"

Or l'accord de Paris, principal traité de lutte contre le réchauffement conclu en 2015, fixe pour objectif de contenir "l'élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C" et si possible à 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle. Époque où les humains ont commencé à utiliser en quantité les énergies fossiles qui produisent les gaz à effet de serre responsables du réchauffement, qui atteint déjà près de 1,2°C. La dernière COP26, il y a un an à Glasgow, avait appelé les près de 200 pays signataires de l'accord à renforcer leurs lettres d'engagement détaillant leurs plans de ré(...)

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Valérie Masson-Delmotte (climatologue) : "Est-ce qu’il faut se préparer au pire ? On déjà dans une situation qui est grave et qui va s’aggraver"