Climat : l'Union européenne (enfin) plus ambitieuse

Libération.fr
Des éoliennes, en 2017, près de Villeveyrac, dans l'Hérault.

Lundi, plusieurs Etats membres ont appelé, lors d'un conseil de l'Energie, à de plus fortes aspirations pour les politiques climatiques européennes, notamment un rehaussement des objectifs d'énergies renouvelables pour 2030.

Lundi, les ministres chargés des politiques énergétiques de l’Union européenne se sont retrouvés au Luxembourg. Leur but : trouver une issue, d’ici fin juin, aux négociations sur le paquet énergie européen, qui durent depuis dix-huit mois avec la Commission et le Parlement européen. Ce paquet comprend la directive énergies renouvelables, la directive efficacité énergétique et le règlement de la gouvernance de l’énergie. Il définit les orientations de lutte contre le changement climatique de l’UE jusqu’en 2027.

Alors que les discussions piétinaient depuis plusieurs mois car le Parlement campait sur sa volonté de mettre en place des ambitions plus élevées que celles proposées par la Commission, certains gouvernements ont permis des avancées.

Paris vise plus haut

Le Portugal, la Suède, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Lituanie, ainsi que l’Italie et l’Espagne, représentés par leurs nouveaux ministres respectifs, se sont ralliés à la position du Parlement européen, la plus ambitieuse. En janvier, les parlementaires ont voté pour que l’UE vise des objectifs de 35% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique et 35% d’économies d’énergie pour 2030. Cela permettrait à l’UE de dépasser ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) fixés dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, soit parvenir à - 46% (par rapport à 1990) en 2030, au lieu de - 40%.

L’Union se rapprocherait ainsi de la trajectoire voulue par cet accord mondial : limiter la hausse des températures globales à au moins 2°C d’ici la fin du siècle. Pour l’instant, les engagements pris par les Etats signataires de l’accord en 2015 mènent à une augmentation de 3,7 à 4°C, ce qui aurait des conséquences catastrophiques.

A lire aussiPourquoi 2018 est une année cruciale (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Lorenzo Fontana, le croisé ultra du gouvernement italien
Rencontre Trump-Kim : «Nous aurons une relation formidable»
Trump-Kim : rencontre hystérique
Levée de l’interdiction de conduire: des Saoudiennes domptent la moto
Face à Trump, Justin Trudeau revêt la cape de «Capitaine Canada»