Climat: la hausse estimée des concentrations de C02 en 2024 menace la limite de 1,5°C

Climat: la hausse estimée des concentrations de C02 en 2024 menace la limite de 1,5°C

La hausse des concentrations de CO2 dans l'atmosphère cette année s'annonce supérieure aux niveaux compatibles avec des trajectoires de réchauffement du climat respectant la limite de 1,5°C, selon une étude du service de météorologie britannique, qui s'appuie sur les relevés d'une station de référence à Hawaï.

L'accord de Paris de 2015 a pour ambition de maintenir l'augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter l'augmentation de la température à 1,5°C.

"Bien au-dessus des trois scénarios compatibles"

Mais cette limite la plus ambitieuse (qui se comprend comme une moyenne de température sur au moins 20 ans) est considérée comme de plus en plus difficile à conserver par les experts.

"La hausse estimée des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone pour cette année est bien au-dessus des trois scénarios compatibles avec la limite de 1,5°C soulignés dans le rapport du Giec", a résumé Richard Betts, chercheur au Met Office.

Les auteurs de l'étude rendue publique ce vendredi se sont en effet appuyés sur trois scénarios du Giec, les experts du climat mandatés par l'ONU, qui permettraient de respecter la limite la plus ambitieuse de l'accord de Paris.

Leurs conclusions s'appuient sur les prévisions d'augmentation "relativement importante" du CO2 dans la station de Mauna Loa, à Hawaï, qui est considérée comme un bon indicateur de la tendance mondiale.

Les scientifiques ont aussi cherché à regarder l'évolution prévue cette année en ne tenant pas compte du phénomène météorologique El Niño actuel, associé à une augmentation des températures mondiales, et qui affaiblit ainsi également les puits de carbone comme les forêts tropicales.

Le climat actuel marque déjà un réchauffement d'environ 1,2°C ou 1,3°C par rapport à 1850-1900. Et au rythme actuel d'émissions, le Giec prévoit que le seuil de 1,5°C a une chance sur deux d'être atteint en moyenne dès les années 2030-2035.

"Même si l'on met de côté les effets temporaires d'El Niño, nous trouvons que les émissions d'origine humaine pousseront l'augmentation du CO2 en 2024 à la limite absolue des trajectoires pour respecter 1,5°C", souligne Richard Betts.

Article original publié sur BFMTV.com